Actus & Événements
Produits & Services, Savoir-faire

Préparer les prairies pour la nouvelle saison

Chaque éleveur souhaite obtenir une première coupe offrant le meilleur rendement possible et la plus grande valeur nutritive. Une bonne préparation, durant les mois précédant, assure un démarrage optimal de la saison de fenaison.

Préparer les prairies

La première opération à mener sur les prairies en fin d’hiver est l’étaupinage, pour limiter la formation de manques et l’introduction de terre dans le fourrage récolté. En outre, il peut être conseillé de rouler légèrement l'herbe avant la reprise de la pousse. L’objectif est de donner de la structure au sol sans trop le compacter pour ne pas impacter la croissance de l’herbe. Il est donc conseillé de travailler avec un rouleau léger. Tout comme le hersage dont l’agressivité, des dents ou chaines, doit être adapté selon les conditions rencontrées. Mais en règle générale, un hersage léger est suffisant. 

Sursemer à l'automne ou au printemps ?

Le sursemis de printemps n'est nécessaire que si la prairie a souffert pendant l'hiver ou a été endommagée, durant le pâturage ou par des animaux sauvages. Dans ce cas, il y aura des manques dans la végétation. Il est alors conseillé de semer le plus tôt possible, mais uniquement lorsque les conditions sont propices à la germination et dès que la portance du sol le permet . S'il n'y a pas de vides à regarnir, il n’est évidemment pas nécessaire de sursemer. La concurrence, entre la flore en germination et celle en place, serait trop importante. Il est conseillé de vérifier l’état des prairies à l'automne. La température du sol est plus élevée qu'au printemps et dès que le sol atteint une bonne teneur en humidité, vous pouvez réaliser le sursemis.   

Pas de herse à chaînes ? Utilisez une herse étrille

Si vous ne possédez pas de herse à chaînes, la bonne alternative est une herse étrille dont les dents sont placées de façon la plus oblique possible, c'est-à-dire sans agressivité. Cela permet d’intervenir avec le plus grand soin possible. Le but étant de désherber mécaniquement les adventices et mousses, de procéder à un léger grattage du sol pour favoriser l’activité microbienne et la minéralisation de la matière organique, le tout sans emporter de terre2

Entretien du couvert prairial avec l’aérateur 

S'il y a des problèmes de structure, l'aération peut être une bonne option pour les traiter en profondeur. Les problèmes structurels comme la compaction sont causés par les passages répétitifs de machines lourdes ou un pâturage intensif. La régénération des prairies est également une possibilité, mais c'est une solution plus coûteuse. Afin de favoriser la circulation de l’air et de l’eau pour rétablir l'enracinement de l'herbe et garantir la bonne utilisation des minéraux, il est conseillé d'aérer le terrain au printemps. Pendant cette période, les racines peuvent pousser directement dans l'espace créé3

Fertiliser dès que possible

L'application précoce d’engrais organique donne un rendement en matière sèche plus élevé qu’un apport tardif, même si la quantité apportée serait plus importante à un moment ultérieur4.  Il est donc conseillé de commencer la fertilisation dès que la portance du sol est suffisante. Utilisez environ 10 à 20 m³ de fumier par hectare. Si besoin, un apport complémentaire d’azote minéral peut accroître le rendement de la première5. La fertilisation azotée peut débuter dès que la somme des températures moyennes journalières cumule 200 °C. (températures minimales + températures maximales de chaque jour divisée par 2, à partir du 1er janvier). Le premier apport doit intervenir dès que les conditions optimales sont réunies et que la portance du sol le permet. 
 

1 Manuel de l’élevage laitier, Wageningen University & Research, 2019-2020 
2 Magazine professionnel Elite, Entretien des pâturages : prudent au printemps, agressif en automne, 19-2-2019
3 Magazine Élevage du bétail, Aérer alternativement, février 2009
4 Améliorer le calendrier de la fertilisation printanière, Université et recherche de Wageningen, février 2019
5 Magazine d’élevage du bétail, La somme T  reste le meilleur outil pour déterminer l'heure de début de la fertilisation, février 2019

 

Autres Actus

Toutes nos actus