Actus & Événements
Savoir-faire

La gestion des adventices en Techniques Culturales Simplifiées

Comment arriver à gérer les adventices sans labour ? C’est heureusement possible en combinant différents leviers agronomiques.

Techniques Culturales Simplifiées - rotation des cultures

En Techniques Culturales Simplifiées, la gestion des adventices requiert observation et technicité. 

Sans labour, maintenir la densité de mauvaises herbes sous le seuil de nuisibilité demande d’utiliser tous les leviers agronomiques à sa disposition. 
Le désherbage peut être mécanique ou chimique, voire une combinaison de ces deux techniques. Pour ne pas générer de surcoût de désherbage ou pénaliser le rendement, la prévention s’impose. 

Pour limiter les trop fortes pressions, le premier levier d’action passe par les rotations.
Leur diversification se bâtit en alternant cultures d’hiver et de printemps, mais aussi mono et dicotylédones. 


Des rotations diversifiées et longues, de 5 à 6 cultures, aident à éviter la spécialisation de la flore. Il est plus facile de gérer une flore diversifiée que monospécifique. Face à un panel large d’adventices, il y a une certaine régulation des densités. Comme elles doivent se partager le terrain, aucune espèce se sera présente à outrance. Une flore variée est aussi moins pénalisante en cas d’échec de désherbage sur un type d’adventice. Comme la pression de cette adventice n’est pas trop forte, l’impact sur le rendement sera moins pénalisant. 

Dans la construction de sa rotation, il faudra aussi jouer avec les intercultures en choisissant les couverts les plus à même d’étouffer les adventices. La destruction, mécanique ou chimique, du couvert, détruira aussi les adventices présentes.

Pulvé en TCS
 
Leurrer les adventices

Pour limiter la concurrence des adventices sur la culture, vous pouvez réaliser un faux semis. 
Comme le travail superficiel du sol est favorable à la levée, autant l’utiliser à bon escient pour faire lever puis détruire les adventices. 

Un déchaumage suivi d’un rappuyage permettront la levée puis un nouveau déchaumage ou tout autre travail du sol viendra détruite les adventices pour semer dans une parcelle aussi propre que possible.

Pour plus d’efficacité, il faut viser la période de germination des adventices les plus problématiques et de bonnes conditions d’humidité. 

Utilisation du déchaumage en TCS

Attention toutefois le faux semis n’est pas toujours efficace sur les vivaces. Pour s’en débarrasser, il ne faut surtout pas déchaumer avec un outil à disques, qui aura l’effet inverse en sectionnant les rhizomes, dont chaque partie donnera une nouvelle plante.

Pour réduire la pression à la levée de la culture, on peut aussi retarder le semis. 

Ainsi, la levée aura lieu après la période de germination des adventices. En effet, plus la période de semis est tardive, plus un traitement en prélevée pourra être efficace. 
La concurrence des adventices sur la culture sera alors plus faible, ce qui permettra de préserver le potentiel de développement. Pour une bonne réussite d’un semis tardif, il faudra veiller à adapter la variété.

Raisonner la période d'implantation
Objectif :
augmenter les services rendus, éviter les périodes de sécheresse estivale pour sécuriser la levée, augmenter la durée du cycle pour une croissance plus importante du couvert.

Couverts végétaux KUHN

Labour, ami ou ennemi du désherbage ?

Le labour a un effet « désherbage » positif comme négatif. 
D’un côté, il permet la dilution du stock semencier de l’année en cours mais de l’autre, il peut faire remonter à la surface des graines d’années antérieures. Or, certaines graines peuvent regermer après plusieurs années d’inactivité. 

En TCS, un labour occasionnel, à une profondeur modérée, peut s’avérer efficace pour enrayer une hausse des adventices.

 Labour occasionnel en TCS

Autres Actus

Toutes nos actus